Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 09:08

Dans une tribune parue le 28 juin dans Le Monde, un collectif rassemblant plus de 300 chercheurs et universitaires français et internationaux demande la création d’un comité intergouvernemental sur la question des réfugiés, calqué sur celui qui existe déjà pour le climat. Lire aussi Les Etats Généraux des Migrations parrainent la Marche Solidaire et L’humanité de demain se construit par l’accueil des migrants aujourd’hui.

Une nouvelle unité de police de patrouille frontalière appelée Puma ainsi que des artistes « étrangers » participent à l’exercice « ProBorders » au poste frontière de Spielfeld en Autriche le 26 juin. Plusieurs centaines de policiers et de soldats autrichiens ont simulé une frontière,  un exercice de contrôle au point de passage avec la Slovénie par lequel des milliers de migrants avaient transité en 2015, une initiative de Vienne qui défend un durcissement de la politique migratoire européenne. RENE GOMOLJ / AFP

Une nouvelle unité de police de patrouille frontalière appelée Puma ainsi que des artistes « étrangers » participent à l’exercice « ProBorders » au poste frontière de Spielfeld en Autriche le 26 juin. Plusieurs centaines de policiers et de soldats autrichiens ont simulé une frontière,  un exercice de contrôle au point de passage avec la Slovénie par lequel des milliers de migrants avaient transité en 2015, une initiative de Vienne qui défend un durcissement de la politique migratoire européenne. RENE GOMOLJ / AFP

Tribune. Comme le changement climatique, la migration est un phénomène mondial qui doit être appréhendé et géré à la fois à l’échelle nationale et internationale. Comme les politiques environnementales, les politiques migratoires et les politiques d’asile requièrent une approche dépassionnée, scientifique et humaniste.

La régulation des mouvements de populations est un des points d’achoppement de la coopération internationale. La crise de l’asile survenue en Europe en 2015 a révélé que même dans des régions profondément intégrées et dans des contextes de forte coopération comme celui de l’Union européenne, l’impréparation, la confusion et le manque d’information généraient des réponses politiques non seulement inadéquates mais aussi extrêmement coûteuses humainement et politiquement. A l’échelle mondiale, depuis la Convention de l’ONU sur les droits des travailleurs migrants (1990) jusqu’aux discussions actuelles sur les « global compacts » (Pacte mondial), les tentatives pour coordonner les politiques publiques et favoriser une gouvernance globale des migrations ont échoué.

L’arrivée de centaines de milliers de demandeurs d’asile syriens aux portes de l’Europe en 2015 a forcé les responsables politiques et les citoyens européens à prendre conscience de la crise globale de l’asile qui se déroule principalement dans les pays du Sud. L’arrivée de ces réfugiés est entrée en résonance avec des débats plus larges sur l’immigration, l’intégration et la diversité dans des sociétés européennes ébranlées par la crise économique de 2008.

La crise européenne de 2015 est donc faite d’une confusion entre des phénomènes de long et court terme, entre la régulation de l’immigration et de l’asile, de débats autour des droits, des enjeux politiques et économiques de la migration, qui ne peuvent pas être tenus exclusivement à l’échelle nationale.

Conséquences pour les sociétés d’origine et d’accueil

Au-delà de l’Europe, l’émergence ou la consolidation de crises politiques cristallisées autour des migrations et de l’asile invitent à réagir collectivement de manière urgente.

Nous, scientifiques et experts, associés aux organisations de la société civile, des citoyens et des responsables politiques concernés, décidons de rassembler nos voix et nos forces pour permettre une meilleure compréhension des migrations qu’elles soient forcées ou non, de leurs déterminants, de leurs conséquences à la fois pour les sociétés d’origine et d’accueil.

Nous souhaitons ce faisant proposer des bases nouvelles et plus solides pour développer des politiques publiques fondées sur des faits scientifiques, des pratiques plus saines, loin des discours partisans qui prévalent dans les débats médiatiques et politiques aujourd’hui.

Cet appel pour un changement d’approche des politiques migratoires est urgent.
Depuis peu, les politiques migratoires et les politiques d’asile en Europe et en Amérique du Nord comme dans d’autres pays du monde (Kenya, Arabie saoudite etc.) ont généré des attaques sans précédent contre les droits humains des populations migrantes et une mise en danger du droit d’asile à l’échelle globale.

Inefficacité

Depuis les années 1990, les tentatives globales ou régionales de réguler les migrations et l’asile ne résistent pas à l’épreuve des afflux de réfugiés (d’Irak, de Syrie, du Soudan, de Birmanie) et des crises politiques liées à l’intégration des migrants ou la gestion de sociétés de plus en plus diverses.

Les choix politiques des pays de l’OCDE en la matière – construire des murs, externaliser les politiques migratoires et les politiques d’asile à des pays tiers – ont non seulement un coût politique et financier exorbitant mais ils ont en outre démontré leur inefficacité. Ces politiques n’empêchent pas les migrations, et n’ont pas d’impact sur les déterminants ou les effets de la migration comme en attestent à la fois les recherches menées par les sciences sociales mais aussi les expériences politiques récentes.

Le manque de compréhension des effets de la mobilité dans les pays d’origine et d’accueil des migrants produit des politiques désastreuses qui s’inscrivent malheureusement dans la durée. Au lieu d’analyses fondées sur les faits et des connaissances scientifiques, discours alarmistes et fausses vérités imprègnent les agendas politiques. Les scientifiques et les experts de la migration et de l’asile ne sont pas entendus.

Bien entendu, les controverses existent dans le champ scientifique en matière de migration. Certaines vérités ont néanmoins été fermement établies dans différents champs des sciences sociales. Elles demeurent pourtant inaudibles et ne sont pas utilisées dans l’action publique.

  • Les migrations prennent place majoritairement entre pays d’une même région et non entre continents. Les migrants sont majoritairement localisés dans les pays du Sud, en particulier les réfugiés.

  • Les 246 millions de migrants présents dans le monde ne représentent que 3,4 % de la population mondiale, beaucoup moins qu’au XIXe siècle, par exemple.

  • Les restrictions en matière de visa augmentent l’installation des migrants dans les pays d’accueil : au lieu de circuler entre leurs pays d’origine et d’accueil, les travailleurs migrants restent. L’impossibilité d’obtenir des visas pour les demandeurs d’asile depuis leur pays d’origine ou leurs premier pays d’exil augmente l’immigration clandestine et le recours aux passeurs.

  • La fermeture des frontières met à mal le rôle des migrants dans les échanges, les transferts financiers, la circulation des savoirs et des idées dans le monde

  • L’accès rapide au logement, à l’éducation, ainsi qu’au marché du travail légal améliore la qualité de l’intégration des migrants et des demandeurs d’asile, et réduit d’autant les inégalités et l’exclusion.

  • L’impact de l’immigration sur les dynamiques démographiques est limité, notamment parce que les comportements de fertilité des migrants convergent rapidement vers ceux des populations des pays d’accueil

  • Financer le développement des pays d’origine des migrants peut augmenter l’émigration : la relation entre migration et développement est de fait beaucoup plus complexe que ne le laissent penser les discours et politiques publiques contemporains.

  • L’effet de l’immigration sur le marché du travail et la croissance économique dans les sociétés d’accueil est globalement neutre ou positif ; il dépend largement des contextes et conjonctures économiques dans lesquels la migration prend place, de la mobilité de tous les travailleurs, et des politiques de régulation à l’œuvre.

Une rupture franche avec les options politiques inadaptées

Pour comprendre l’impact des migrations, il faut à la fois connaître les contextes spécifiques dans lesquels elles prennent place et les dynamiques globales qui les encadrent. Le manque de données fiables sur les migrations et l’asile est mis en avant à la fois par les chercheurs et les décideurs publics. Pourtant, au-delà de la faible qualité, voire de l’absence de données sur les migrations, c’est un manque d’objectivité et de solidité scientifique qui mine l’action publique aujourd’hui. Des politiques génériques, inadaptées à leurs contextes et imprégnées de croyances fantaisistes, ne peuvent pas être efficaces.

Nous appelons à la formation d’un groupe d’experts et de scientifiques sur les migrations et l’asile, pour travailler avec les responsables politiques et les représentants de la société civile. Nous demandons de manière urgente une rupture franche avec les options politiques court-termistes et inadaptées, qui sont aujourd’hui privilégiées et qui ont généré en Europe et au-delà une crise politique et humanitaire sans précédent. Nous réclamons un changement radical d’approche des questions migratoires, fondé sur la rationalité, le réalisme, les résultats de la recherche scientifique, et l’humanisme.

Les premiers signataires de cette tribune sont : Pieter Bevelander, Malmö University, Suède ; Christina Boswell, politiste, université d’Edimbourg, Royaume Uni ; Andrew Geddes, politiste, European University Institute, Italie ; François Héran, démographe, collège de France ; Jean Jouzel, climatologue, membre fondateur du GIEC ; Michèle Lamont, sociologue, université Harvard, Etats-Unis ; Ferruccio Pastore, Directeur du FIERI (Forum Internazionale ed Europeo di Ricerche sulle Migrazioni), Italie ; Peter Scholten, politiste, Erasmus university Rotterdam, Pays Bas ; Steven Vertovec, anthropologue, directeur du Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity, Allemagne ; et Dina Vaiou, géographe,Technical University of Athens (NTUA), Grèce. Retrouvez la liste complète des signataires sur Lemonde.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet