Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 12:26

Depuis le début du confinement, la diminution du bruit est vertigineuse : plus de 90% en moins dans certaines rues de grandes agglomérations comme Paris. Le chant des oiseaux a pris le pas sur le rugissement des moteurs. D’après Bruitparif et Ronan Tésorière le 27 mars 2020 pour Le Parisien. Lire aussi Le bruit humain menace les espaces protégésJana Winderen, micro climax et Bernie Krause, harmonies vivantes : Le grand orchestre de la nature est peu à peu réduit au silence.

Des policiers vérifient l'attestation de déplacement dérogatoire d'une cycliste sur la place de la Concorde, à Paris, le 18 mars 2020. NICOLAS PORTNOI / HANS LUCAS / AFP

Des policiers vérifient l'attestation de déplacement dérogatoire d'une cycliste sur la place de la Concorde, à Paris, le 18 mars 2020. NICOLAS PORTNOI / HANS LUCAS / AFP

Depuis l'annonce du confinement généralisé, le 17 mars dernier, le bruit a changé quand on pointe le nez à sa fenêtre. Une situation inédite pour des générations de citoyens urbains et hyperconnectés.

Dans les grandes agglomérations, le silence a remplacé le ballet sonore des voitures, scooters et autres transports en commun. A Paris, les 150 stations de mesure de Bruitparif déployées en Île-de-France dans des contextes variés sont unanimes : les nuisances sonores ont quasiment disparu sur certains axes. « C'est inédit en Île-de-France, où il y a d'ordinaire un bruit permanent. On n'a jamais mesuré un tel niveau de calme », confirme Fanny Mietlicki, directrice de Bruitparif.

La raison en est simple : la très forte baisse des émissions sonores d’origine anthropique en lien avec la diminution drastique des trafics routier, aérien et même ferroviaire, l’arrêt des chantiers et la fermeture de nombreuses activités et lieux festifs (bars, restaurants et établissements diffusant des sons amplifiés). Ainsi, Bruitparif a constaté entre 5 et 10 décibels de moins le long des axes routiers où le bruit généré par la circulation routière a chuté progressivement, depuis le 17 Mars, en même temps que le trafic automobile se raréfiait. « Les appareils de mesure de Bruitparif situés le long des axes routiers ont ainsi enregistré des diminutions moyennes de bruit sur 24 heures autour de 3 dB(A) le 17 mars, puis autour de 5 dB(A) les18, 19 et 20 mars et enfin 7 dB(A) les 21 et 22 mars par rapport aux valeurs habituelles, ce qui correspond à des baisses respectives de 50%, 68% et 80% des émissions sonores générées par la circulation routière.

La nuit, les diminutions peuvent même atteindre 9 dB(A) aux abords de certaines voies dans Paris intra-muros, ce qui représente un niveau sonore réduit de près de 90% » indique t-il en précisant que «les diminutions sont plus marquées sur le réseau de voirie dans Paris intra-muros que sur les grands axes (bd périphérique, autoroutes, routes nationales ou départementales en banlieue). On constate ainsi une diminution moyenne de 7,6 dB(A) pour l’indicateur Lden (niveau moyen pondéré sur 24 heures) et de 8,8 dB(A) pour l’indicateur Ln (niveau moyen nocturne) sur la période allant du 18 au 24 mars par rapport à la situation habituelle dans Paris intra-muros, alors que ces baisses sont plutôt autour de 5,4 dB(A) et 6,4 dB(A), respectivement pour les indicateurs Lden et Ln, sur les grands axes».

Les personnes habitant près des aéroports ont également davantage de calme en raison du ralentissement de l’activité aéroportuaire. Les stations permanentes de mesure du bruit aérien de Bruitparif notent des baisses très significatives en lien avec la forte diminution du nombre de survols. «Les évolutions dépendent toutefois de la localisation par rapport aux aéroports. Ainsi, si le bruit lié au trafic aérien a quasiment disparu autour du doublet Sud de l’aéroport Paris-Charles-De-Gaulle qui ne compte désormais plus aucun mouvement, la situation est moins drastique au niveau du doublet Nord qui fonctionne encore.

Autour d’Orly, une baisse importante a également été enregistrée, celle-ci étant intervenue de manière progressive. Elle atteint de l’ordre de 10 dB(A) à présent. Il est de même, le long des voies ferrées : La tendance est également à la baisse pour le bruit en lien avec la circulation ferroviaire du fait de la réduction partielle de trafic. «Selon les résultats des stations permanentes de mesure de Bruitparif situées aux abords des voies de chemin de fer, les baisses vont de 2 à 7 décibels pour les indicateurs Lden et Ln. Bruitparif a constaté que des quartiers habituellement animés la nuit, sont désormais très calmes : Les nuisances sonores ont disparu des quartiers animés de la capitale, qui comptent de nombreux bars et restaurants ou établissements habituellement fortement fréquentés en soirée et en début de nuit. Ainsi, selon les résultats des stations de mesure déployées par Bruitparif dans certains de ces quartiers, les baisses de décibels atteignent en moyenne 8 à 16 décibels sur le créneau compris entre 22 h le soir et 2 h du matin.

Les soirs de week-end (vendredis et samedis soirs), la chute est encore plus marquée avec de 11 à 20 décibels de moins selon les quartiers. Les riverains des chantiers à l'arrêt, en particulier ceux du Grand Paris Express (GPE), peuvent également profiter du silence, jour comme nuit, avec l’arrêt des chantiers qui s’est généralisé depuis le 18 mars. Sur les stations de surveillance continue déployées par Bruitparif aux abords de certains chantiers de construction du GPE, des diminutions très importantes du bruit ambiant ont été observées sur les périodes diurnes et nocturnes, la chute des décibels pouvant atteindre 20 dB(A).

« Ce silence, c'est finalement la liberté pour d'autres bruits d'émerger »

« Avec la chute de la pollution sonore en ville, le paysage sonore a été complètement modifié : il n'y a que peu de sons anthropiques. Il devient désormais possible de percevoir les sons de la nature comme les chants des oiseaux ou les bruissements des feuilles dans les arbres. Autant de sonorités qui sont habituellement difficiles à entendre car masquées par le bruit incessant de la circulation et des activités humaines », lâche, presque lyrique, la directrice de l'établissement régional.

Après dix jours de confinement, ce silence tombé sur nos villes est d’or pour certains : « Je dors mieux, on se croirait presque à la campagne tellement c'est calme », livre Guillaume, 20 ans, habitant de l'hypercentre toulousain, d'ordinaire assailli par le vacarme des rues commerçantes autour de chez lui. « C'est calme et apaisant mais, paradoxalement, cela a un côté fin du monde », tempère toutefois l'étudiant. À Bordeaux, Laurence, la quarantaine, avoue son désarroi. « Cela fait bizarre de ne pas entendre la circulation. Les chantiers sont à l'arrêt, plus de bruit du jeudi au dimanche la nuit, pour les sorties de boîtes », évoque avec un soupçon de nostalgie la Bordelaise.

Pour d'autres, le silence est une chance. « C'est méditatif, ça fait du bien. Mais les premiers jours, ça m'angoissait », raconte Léa, 38 ans, de Montrouge. « Ce silence, c'est finalement la liberté laissée à d'autres bruits d'émerger. Celui de la fontaine à eau, en bas de la résidence, ceux des cris d'enfants qui ont une autre résonance », confie, un sourire dans la voix, cette femme qui travaille dans la sécurité.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet