Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 10:47
Le collectif Vigil'Oust se mobilise contre le projet minier en informant les habitants

Le collectif Vigil'Oust se mobilise contre le projet minier en informant les habitants

Une société minière entend exploiter le sous-sol breton. Une résistance citoyenne s’est formée contre ce projet archaïque. Par Vanina Delmas pour Politis du 15 septembre 2016  à lire sur www.politis.fr.

Permis exclusifs de recherche minière en Bretagne 143 000 HECTARES 111 COMMUNES

Permis exclusifs de recherche minière en Bretagne 143 000 HECTARES 111 COMMUNES

Partager cet article
Repost0
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 12:28

Dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, participez à la balade à vélo en boucles à la découverte des forts de l'Est parisien le dimanche 18 septembre 2016 après-midi.
Organisée par l'antenne Est ensemble à vélo de l'association francilienne MDB (Mieux se déplacer à bicyclette), en partenariat avec la Ville de Romainville et le territoire Est ensemble du Grand Paris, effectuez un parcours facile à partir de Romainville jusqu'aux communes des Lilas et Noisy-le-Sec.
La balade guidée est construite en 2 boucles autonomes et complémentaires formant un grand "8" d'une durée totale de deux heures, pauses-découverte comprises : les deux boucles sont à enchaîner à partir du même lieu de départ, celui de l'hôtel de ville de Romainville.
Pour des questions d'organisation (nombre de participants limité à 20 personnes),
inscription gratuite et obligatoire auprès de la Ville de Romainville, organisatrice de la journée, par courriel :
abourgeois@ville-romainville.fr
Pour tous contacts et informations : est@mdb.org ou au 01 43 20 26 02


>> 1er parcours : boucle Est du fort de Noisy.
Lieu et horaire de départ : 14 h 30, place de la Laïcité devant la mairie de Romainville.

Le parcours ira à la découverte du fort de Noisy, situé sur la commune de Romainville.
Le groupe sera encadré par des membres de l'association et accompagné par un guide-cycliste qui évoquera l'histoire des forts autour de Paris, du fort de Noisy et des futures liaisons de transport dans le secteur : prolongements du métro ligne 11 et du tramway ligne T1. Un quizz sera proposé aux participants.
Avec un relief en pente douce durant la boucle et l'utilisation de petites rues à très faible trafic, la balade est ouverte à tous cyclistes, même à des débutants. Les enfants doivent être accompagnés et pour ceux de moins de 7 ans, ils devront être installés dans un siège enfant ou dans une remorque.
Le parcours passera place Carnot à Romainville, rejoindra la mairie de Noisy-le-Sec et longera le glacis du fort de Noisy
Retour par les quartiers sud et le vieux Romainville.


>> 2e parcours : boucle ouest du fort de Romainville.
Lieu et horaire de départ : 15 h 30, place de la Laïcité devant la mairie de Romainville.

Le parcours ira à la découverte du fort de Romainville, situé sur la commune des Lilas.
Le groupe sera encadré par des membres de l'association et accompagné par un guide-cycliste qui évoquera l'histoire des forts autour de Paris, du fort de Romainville et de la future base de loisirs de la Corniche des Forts.
Retour au centre de Romainville par la cité Marcel Cachin et le vieux Romainville.
Aucun relief durant la boucle et utilisation de petites rues à très faible trafic. Les enfants doivent être accompagnés et pour ceux de moins de 7 ans, ils devront être installés dans un siège enfant ou dans une remorque.

Partager cet article
Repost0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 10:51

Par Aude Massiot le 8 août 2016 pour Libération.

Une manifestante, à Vancouver en 2014, contre les projets d’oléoduc transportant le pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux côtes du Pacifique et de l’Atlantique. Photo Darryl Dyck. AP

Une manifestante, à Vancouver en 2014, contre les projets d’oléoduc transportant le pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux côtes du Pacifique et de l’Atlantique. Photo Darryl Dyck. AP

Après quinze ans d’existence, le sommet altermondialiste quitte l’hémisphère sud. A l’affiche : le combat contre les énergies fossiles et la souveraineté des peuples autochtones.

Montréal accueille, à partir de ce mardi, le plus grand rassemblement altermondialiste annuel au monde. Pour la première fois depuis sa création en 2001, à Porto Alegre au Brésil, le Forum social mondial (FSM) se tient dans un pays du Nord, le Canada. Jusqu’à dimanche, plusieurs dizaines de milliers de militants altermondialistes, ainsi que - les organisateurs l’espèrent - des citoyens curieux, se retrouveront pour cette grande messe populaire du mouvement social. Dès ses débuts, le FSM s’est imposé comme un «anti-Davos», une alternative au Forum économique mondial, dans la station suisse où se rencontrent chaque hiver dans la station suisse patrons de grandes entreprises, chefs d’Etat et de gouvernement.

Fondés initialement en opposition à la création d’institutions internationales «pro-mondialisation» comme le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce, les forums sociaux mondiaux, en quinze ans d’existence, ont su porter sur la scène internationale de grandes revendications comme la lutte contre les inégalités, les droits humains, la justice fiscale. Seulement, depuis quelques années, le rassemblement d’associations, d’ONG, et de mouvements sociaux semble s’essouffler. Le FSM doit-il rester un espace de rencontres et de débats sur les grands enjeux économiques, sociaux et environnementaux de notre temps ? Ou bien s’imposer comme un rassemblement pour l’organisation d’actions concrètes internationales ? Ces nouvelles orientations feront, sans nul doute, l’objet de discussions dans les couloirs du forum, cette semaine. Selon Gustave Massiah, membre du conseil international du FSM, «une nouvelle étape de l’altermondialisme» se joue à Montréal. Pour cette édition, quelque 50 000 personnes sont attendues, loin de la centaine de milliers présente aux forums organisés à Porto Alegre, les premières années.

Une nouvelle génération de militants

L’organisation de l’événement pour la première fois dans un pays membre du G7 est à marquer d’une pierre blanche. «Le choix de cet emplacement est controversé, car c’est une ville qui reste difficile d’accès pour les participants vivant dans des pays du Sud, à cause des prix des billets d’avion, des visas et du logement, admet Claude Vaillancourt, président d’Attac Québec et impliqué dans l’organisation du forum. Il faut tout de même reconnaître que c’est dans les pays du Nord que sont prises les grandes décisions politiques et économiques.» L’organisation de l’événement dans une ville proche de la frontière des Etats-Unis et dans un pays où vient d’être élu un Premier ministre à la ligne libérale progressiste, Justin Trudeau, permettrait donc de faire porte-voix pour les revendications qui vont émerger cette semaine. «Etant organisé au Québec, le forum va aussi mettre en lumière les multiples mouvements sociaux nord-américains qui ont vu le jour depuis six ou sept ans, et qui demeurent inconnus du reste du monde», ajoute Christophe Aguiton, membre fondateur d’Attac et grand habitué des FSM. Cette nouvelle génération d’activistes, dont la plupart sont âgés de 20 à 30 ans, s’est illustrée, entre autre, dans les manifestations pro-Bernie Sanders, l’ex-candidat à la primaire démocrate américaine, porteur d’une «révolution politique» pour la présidentielle. Au Canada, et plus particulièrement au Québec, une jeune scène militante fourmille aussi depuis plusieurs années. Elle est apparue lors du «printemps érable» des grèves estudiantines historiques dites du «carré rouge», organisées en 2012 dans la province francophone, en opposition à l’augmentation des frais de scolarité universitaires. La mobilisation fut telle que les étudiants ont obtenu gain de cause. Pour Gustave Massiah, un des grands enjeux de cette édition du forum est justement «d’organiser la convergence entre les mouvements qui ont créé, il y a quinze ans, les forums sociaux, et cette nouvelle génération de militants qui émerge dans le monde depuis 2011». Deux générations qui partagent une même culture politique, mais pas les mêmes structures d’actions.

La désobéissance civile à l’honneur

Les organisateurs de l’édition 2016, pour la plupart membres de la société civile canadienne, affirment que l’accent sera mis sur la planification de mobilisations concrètes. «Nous avons créé des espaces pour passer de la réflexion à l’action, décrit Sarah Sultani, membre du collectif d’organisation du FSM au Québec. Vingt et une assemblées de convergence seront organisées, chaque jour, sur des thématiques que partagent des mouvements internationaux. A la fin, un calendrier sera établi.» Dans une volonté de prôner le pacifisme, élément essentiel de l’identité du Forum, la désobéissance civile sera mise à l’honneur, à l’image des actions menées en marge de la COP 21, à Paris, en décembre.

Le forum vise à aussi dépasser les clivages Nord-Sud pour orienter les mobilisations sur des thématiques sociales communes aux deux hémisphères, comme les ravages environnementaux causés par l’extraction des énergies fossiles ou le droit à l’autodétermination des peuples autochtones. Cette dernière question est une des grandes thématiques cdu FSM 2016, car elle est source de tensions politiques au Canada. De nombreux représentants de ces communautés seront présents à Montréal pour faire connaître leur lutte, alors que le gouvernement a annoncé, le 3 août, le lancement pour septembre de la très attendue enquête nationale sur les femmes et filles autochtones assassinées ou disparues. Ces minorités sont touchées par un très fort taux de suicide et subissent directement les conséquences environnementales de l’extraction de sables bitumineux, un des fers de lance de l’économie canadienne.

Des mobilisations sont justement prévues pour s’opposer au projet de construction du pipeline Energie Est par la compagnie TransCanada. Partant de la province de l’Alberta, il permettrait de transporter du pétrole à travers tout le pays, vers la côte Est et à destination de l’Europe. Les militants environnementaux canadiens craignent de lourdes pollutions sur le tracé du projet. La journaliste et activiste canadienne Naomi Klein viendra pour parler de la mobilisation citoyenne autour de la justice climatique. Le forum est aussi l’occasion de donner la parole aux acteurs sociaux d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud qui subissent la répression de gouvernements autoritaires, au Nicaragua, au Honduras, au Guatemala et au Pérou.

De nombreux visas refusés

Plusieurs ONG et associations françaises sont aussi présentes. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD)-Terre solidaire a même envoyé une délégation de 150 jeunes Français. Plusieurs jeunes militants de leurs pays partenaires en Afrique et en Asie devaient aussi venir, mais beaucoup se sont vu refuser leur visa. «Sur 24 invités, 10 n’ont pas obtenu leur visa. Comme la procédure de demande est très longue, ils n’ont pas eu le temps d’en refaire une et ne peuvent pas venir à Montréal, regrette Nicola Bullard, responsable du service Asie à CCFD-Terre solidaire. Le principal motif de refus donné est le manque d’éléments prouvant que nos partenaires reviendraient dans leur pays après le forum. C’est aberrant.»

L’ONG française n’est pas la seule touchée par ce problème : plus de 200 conférenciers ou invités étrangers n’ont pas obtenu d’autorisation d’entrée au Canada, comme la militante altermondialiste malienne Aminata Traoré, le président du syndicat palestinien des postiers Imad Temiza ou encore Rogerio Batista, du syndicat brésilien CUT. Les organisateurs du FSM ont pourtant créé «une structure pour faciliter l’attribution de visas, en collaboration avec les institutions gouvernementales», affirme Sarah Sultani. Pour pallier ces problèmes administratifs, un forum «hors les murs» sur Internet est mis en place, où seront visibles certains ateliers et conférences, et où des échanges par Skype seront organisés. Un coup dur porté à l’image du Canada comme traditionnel pays d’accueil. Des organisations participantes d’Afrique de l’Ouest ont déjà demandé le retour du FSM dans un pays du Sud.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 14:26

Par Hasna Hussein, sociologue des médias, pour Le Monde sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/18/terrorisme-assez-avec-les-scoops-de-l-epouvante_4953153_3232.html#WP5XXLBeIVPsoEwX.99

Un couple de fonctionnaires du ministère de l’intérieur, dont un policier, a été assassiné dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 juin à leur domicile de Magnanville (Yvelines). Cet attentat a été perpétré au nom de l’organisation Etat islamique (EI) par Larossi Abballa, un individu condamné en 2013 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes.

La couverture médiatique de ce double meurtre vient confirmer le rôle négatif joué par les médias audiovisuels et principalement par les chaînes d’information en continu, ainsi que par certains journalistes et « experts » du djihad en France dans le relais et le traitement de l’information.

Peu de temps après ces assassinats, ces « experts » se sont empressés de diffuser sur les réseaux sociaux des détails mis en ligne par l’auteur des crimes lui-même, contribuant ainsi à élargir de façon exponentielle l’assiette du public réceptif (l’auteur venait tout juste de créer son compte sur Twitter) de quelques dizaines ou de centaines de ses amis sur Facebook à plusieurs centaines de milliers.

Semer la terreur

Depuis, ces chaînes d’information et la presse diffusent ces détails qui ne font que répondre à l’objectif principal de ce genre d’attaque : semer la terreur au sein de la société française.

Ce n’est pas sur le fait de relayer l’information au sujet de l’assassinat du couple de Magnanville que nous mettons l’accent ici, mais sur le fait de livrer les détails morbides du modus operandi de l’individu, comme se sont plu à le faire certains observateurs, commentant le liveFacebook utilisé par le criminel comme on commente un match de foot en direct.

Il est indigne de partager sur les réseaux sociaux des informations relatives à la mise en ligne de la vidéo de ces assassinats, comme par exemple des photos des victimes ou de l’auteur se mettant en scène sur un réseau social, de reprendre les détails du contenu de son message de revendication, de son appel au meurtre au nom du djihad, de ses interrogations sur le sort à réserver à l’enfant de 3 ans du couple assassiné ou d’autres menaces que cet individu a pu proférer.

Des détails qui ont été « likés », « retweetés », partagés ou repris par plusieurs centaines d’internautes, voire par plusieurs milliers, ainsi que par de nombreux médias audiovisuels et écrits français. Ces détails ont également suscité une forme de curiosité morbide chez d’autres internautes, confinant dans certains cas à la fascination, les incitant à retrouver le contenu original posté par l’assaillant.

Inversion des valeurs

Le scoop de l’épouvante recherché, grâce à la diffusion de ce genre d’information brutale, par certains « experts » du djihad, et par les médias les relayant, contribue à catalyser l’angoisse et la terreur des Français.

Dépourvus de tout esprit critique et éthique dans leur traitement de l’actualité du djihad, ces « experts » se posent en purs et simples relais de la parole belliqueuse à travers leurs comptes Facebook ou Twitter. Ils semblent ne rechercher que le scoop ou le buzz de leurs propres profils de réseaux sociaux, sans jamais apporter la plus-value des sciences humaines et sociales ou même d’un travail journalistique conscient et conséquent : le traitement critique.

Or, rapporter des faits n’est pas, en l’espèce, suffisant. Donner le matériau djihadiste brut sans déconstruire les soubassements de la propagande, ou sans aucune mise à distance, n’est ni professionnel ni responsable. On voudrait ici nous faire croire que, sur un tel sujet, la (prétendue) neutralité est souhaitable et que toute manifestation d’indignation ou de condamnation est déjà un manque d’objectivité. Inversion des valeurs…

Faire le récit du déroulé d’images du criminel après son acte, depuis le pavillon de ses victimes, ou bien les capter et les rediffuser, manque au plus élémentaire des devoirs éthique et déontologique.

Pas le moindre esprit critique

On peut aussi se demander si les relais médiatiques ayant diffusé en boucle des images d’un Abaaoud ou d’un Merah souriants face à la caméra n’ont pas contribué à une sorte d’« héroïsation » – fût-ce d’un héros négatif, pour reprendre l’expression de Farhad Khosrokhavar – de ces personnages qui, précisément, recherchaient cette exposition médiatique.

Le porte-parole de l’EI, Abou Mohammed Al-Adnani, a prononcé récemment un nouveau discours sur le thème « Ils tuent et se font tuer », appelant les sympathisants de son organisation terroriste à commettre des attentats pendant le mois sacré du ramadan.

L’enregistrement audio, qui a été diffusé par l’entreprise de production de l’EI, Al-Forqân, et mis en ligne depuis le début du mois de juin, est uniquement en langue arabe. Depuis, les « experts » du djihad se sont, encore une fois et dans un souci de faire croître leur notoriété, précipités sur les médias audiovisuels français pour reproduire le message, toujours sans le moindre esprit critique ! Ce moment où l’expert devient un porte-parole du porte-parole !

Le propagandiste du IIIe Reich, Joseph Goebbels, disait : « Nous ne parlons pas pour dire quelque chose, mais pour obtenir un certain effet. » Effet réussi quand des « experts », cherchant également à conserver un statut privilégié auprès de leur réseau d’informateurs, se gardent bien de les froisser en évitant soigneusement de démonter, de critiquer ou même d’analyser la propagande djihadiste.

Failles du système médiatique

Ces « experts » semblent faire tout pour ne pas susciter la colère de leurs centaines de contacts numériques sympathisants de l’EI. Dans le numéro 8 de son magazine francophone, Dar Al-Islam, paru en novembre 2015, l’EI prend la défense d’un « pauvre » « expert » malmené pour avoir affirmé, sur Twitter, la « force » et la légitimité « islamique » de l’EI.

Voilà comment les membres d’une organisation terroriste ou ses sympathisants, considérés comme idiots ou psychopathes, s’appuient ironiquement sur les failles du système médiatique contemporain, sur la course à l’info et à l’« expertise », tout autant que sur l’inconséquence analytique et critique de certains « experts », pour faire la promotion de leurs basses œuvres. Le pire est de faire passer cela pour de la neutralité ou de l’objectivité.

Hasna Hussein

Sociologue des médias et chercheuse associée à l’Observatoire des radicalisations (EHESS-FMSH, Paris) et au Centre Émile Durkheim (Bordeaux), elle est aussi membre du conseil scientifique du Centre d’action et de lutte contre la radicalisation des individus (Capri).

Partager cet article
Repost0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 18:51

Paris, le 9 juin 2016 – Le prolongement excessif de l'état d'urgence, mesure censée rester exceptionnelle, et les modalités de sa mise en oeuvre menacent l'état de droit, déclare aujourd'hui la FIDH qui publie aujourd'hui, avec le soutien de son organisation membre, la Ligue des droits de l’Homme (LDH), un rapport de mission internationale d’enquête intitulé "Mesures antiterroristes contraires aux droits humains : Quand l'exception devient la règle."

© AFP

La mission, qui s’est déroulée du 14 au 18 mars 2016, portait sur la réponse française aux récents attentats terroristes, afin d’en examiner la compatibilité avec le respect des droits humains. Les chargés de mission de la FIDH, Maître ta Mbaye, avocate mauritanienne, Maître Mokhtar Trifi, avocat tunisien et Monsieur Ramzi Kassem, professeur de droit américain, ont rencontré un grand nombre d'acteurs de la société civile française, des syndicats de magistrats, d'avocats, de police, la CNCDH et le Défenseur des droits, des personnes ayant été assignées à résidence ou perquisitionnées et leurs avocats, des parlementaires, des membres du Conseil d'état ainsi que des représentants de la Chancellerie.
« Cette mission a permis de dresser des constats particulièrement alarmants sur la mise en œuvre de l’état d’urgence depuis novembre 2015 : il ressort de l’analyse de la FIDH un affaiblissement important du principe d’égalité, à travers la mise en place de mesures qui stigmatisent une partie de la population, ainsi qu’un recul important de l’état de droit » a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH.
Le rapport publié ce jour reflète le contenu des discussions menées par la délégation de la FIDH avec les différents interlocuteurs rencontrés et présente une analyse des enjeux, en termes de respect des droits humains et de l’état de droit, des différentes mesures adoptées ou en cours d’examen en France au nom de la lutte contre le terrorisme, avec un focus particulier sur la mise en oeuvre de l'état d'urgence et l'absence de recours effectif.

« Le rapport dénonce la mise en place d’un régime d’exception permanent, au nom de la lutte contre le terrorisme, puisqu’au delà de l’état d’urgence, l’arsenal législatif adopté récemment ou en cours d’adoption entend pérenniser les mesures issues de l’état d’urgence, conduisant à un affaiblissement durable des libertés individuelles » a déclaré Françoise Dumont, présidente de la LDH.

Lire le rapport Mesures antiterroristes contraires aux droits humains : quand l’exception devient la règle

Partager cet article
Repost0
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 18:27

Contre l’ordre actuel, deux types de combats se côtoient, parfois rivalisent. La propagande par le fait recherche une prise de conscience morale et politique. Elle a recours à des techniques spectaculaires, souvent individuelles, mais peine à maintenir l’élan initial. Moins en vogue, l’organisation privilégie un travail de longue haleine, plus collectif, moins ludique. Il arrive pourtant que ces deux fleuves se rejoignent.

par Astra Taylor dans le Monde Diplomatique, juin 2016

Herebert Wegehaupt " Cercles concentriques", 1927-1928

Herebert Wegehaupt " Cercles concentriques", 1927-1928

Il y a une dizaine d’années, j’assistai à une conférence intitulée « 1968 » dans une université du New Jersey. L’orateur, Mark Rudd, une figure du mouvement étudiant et de la contre-culture des années 1960, avait pris sa retraite au Nouveau-Mexique après avoir enseigné les mathématiques au sein d’établissements d’enseignement supérieur fréquentés surtout par des pauvres. Dans son discours, il s’amusa à démystifier la célébrité qui lui était tombée dessus lorsque, âgé d’une vingtaine d’années, il joua un rôle important dans l’occupation de l’université Columbia, à New-York. À la même époque, il fut également partie prenante du Weather Underground, un groupe radical apprécié des médias, adepte de la « propagande par le fait », qui connut son heure de gloire en faisant exploser des bombes devant le Capitole puis le Pentagone (heureusement sans faire de victimes).

L’assistance, composée pour l’essentiel d’étudiants et de jeunes gens politisés, ne demandait qu’à s’enflammer pour le passé révolutionnaire de Rudd, fascinée par sa condition de fugitif pendant des années. Les « Weathermen », se disait-on, y sont peut-être allés trop fort et n’ont rien accompli de tangible ; mais au moins ils ont agi !

Rudd ébranla notre romantisme bon marché. À la différence de la plupart de ses anciens camarades, devenus plus conservateurs avec l’âge, il était resté fidèle aux idéaux politiques de sa jeunesse. Mais il n’adhérait plus à la tactique de la confrontation directe qui lui avait valu sa notoriété. La pavane machiste, les appels à prendre les armes, tout cela, nous disait-il, n’avait représenté qu’une illusion délirante. En s’attribuant le rôle avantageux d’avant-garde destinée à catalyser une force combattante au service des « peuples du monde », lui et ses camarades ne réussirent qu’à démobiliser la base militante que d’autres avaient mis des années à rassembler, au prix de beaucoup d’efforts.

Ce qu’il ne mesurait pas à l’époque, nous expliqua- t-il sans chercher à ménager nos fantasmes insurrectionnels, c’était la différence entre l’« activisme » et l’organisation, entre la mise en scène de ses idéaux et la construction d’un mouvement. Ce message, il ne cesse de le marteler. « La seule fois, m’a-t-il dit récemment, où j’ai entendu le mot “activiste” il y a cinquante ans, c’était sous forme d’insulte adressée aux militants étudiants par nos ennemis d’alors, les administrateurs de l’université et les éditorialistes. »

À la différence du terme « organisateur (1) », ancré dans l’histoire du syndicalisme et de la gauche américaine, celui d’« activiste », aux origines ambiguës, s’est progressivement imposé pour désigner les personnes engagées dans une action de régénération individuelle et politique au sens large. « Nous-mêmes avions l’habitude de nous qualifier tour à tour de révolutionnaires, de radicaux, de militants, de socialistes, de communistes ou d’organisateurs », se souvient Roxanne Dunbar-Ortiz, une historienne de gauche forte de cinquante ans d’expérience des mouvements sociaux. L’apparition du mot « activiste » sur la scène publique coïncida, selon elle, avec la généralisation du « discrédit de la gauche ».

Maintenir la mobilisation

Une grande partie des camarades de lutte de Rudd et de Dunbar-Ortiz venaient de familles imprégnées d’idées communistes, syndicalistes, ou alors ils avaient pris part au combat pour les droits civiques dans les États du Sud. Ils s’y étaient familiarisés avec un mouvement adossé aux Églises et à des structures communautaires, payant souvent - pauvrement - des organisateurs afin qu’ils maintiennent la population mobilisée pendant de longues périodes, alors même que les perspectives de victoire étaient lointaines.

C’est seulement après la fin des années 1960 et à la faveur de nouveaux combats — centrés sur le féminisme, l’émancipation des homosexuels, l’écologie, les droits des handicapés — que les activistes ont commencé à proliférer. Au cours des années 1980 et 1990, le terme s’est imposé. Les mouvements qualifiés de la sorte ont accompli un travail énorme en un temps très court, bien souvent grâce à la mise en œuvre de techniques qui enrichirent les formes de lutte traditionnelles ; ils inventèrent notamment des procédures ouvertes, démocratiques et antihiérarchiques. Cependant, tout à leur désir de s’affranchir de l’héritage pesant de la gauche traditionnelle, ils ont parfois jeté par- dessus bord des tactiques, traditions et méthodes qui auraient pu leur être utiles.

Les activistes ont tiré parti d’une période où les contestataires se détournaient de ce qu’ils estimaient être des idéologies désuètes au profit de choix politiques plus incisifs et plus radicaux. À partir des années 1960, il devint également courant de chercher à se dégager de la figure du leader charismatique, compte tenu des dégâts essuyés par le mouvement social lorsque le personnage ayant endossé ce rôle finissait assassiné (Martin Luther King), perdait la raison (Eldridge Cleaver (2)) ou retournait sa veste (Jerry Rubin (3)). Dans le même temps, les syndicats américains pâtirent d’avoir laissé s’installer à leur tête des bureaucrates timorés ou corrompus. Le désenchantement envers les professionnels du changement social a alors gagné les cercles les plus idéalistes.

Mais, pendant que la gauche se détachait de ses racines organisationnelles, les conservateurs, eux, créaient des structures nouvelles, des think tanks, des groupes d’affaires arrosés d’argent par les multinationales ; ils galvanisaient l’infanterie évangélique de la « majorité morale » ; ils déroulaient le terrain à la « révolte fiscale » des grosses fortunes. La gauche gagnerait donc à réapprendre à s’organiser pour rendre son activisme plus durable, plus efficace, pour soutenir et amplifier son élan lorsque l’intensité des protestations de rue décline. Autrement dit, fonder des organisations politiques, débattre de stratégies à long terme, faire émerger des dirigeants (choisis en fonction de leur fiabilité et non de leur charisme) et réfléchir à la manière de les soutenir. La progression de l’activisme au cours des dernières décennies est un phénomène salutaire. Toutefois, les modes d’organisation qui assuraient jadis le succès des mouvements sociaux ne se sont pas développés au même rythme, bien au contraire.

Aujourd’hui, les activistes américains ont des repères politiques très différents de ceux de leurs aînés. Nul n’a plus de parent membre du Parti communiste, les syndicats sont moribonds et, de la longue lutte du mouvement des droits civiques, qui aurait encore tant à nous apprendre, ne subsiste qu’une série d’images pieuses et de contes de fées. Le terme même d’« activiste » a été dévoyé de son sens. Dorénavant, il décrit davantage un tempérament qu’un spectre donné d’opinions et de pratiques politiques. Nombre de ceux qu’on qualifie ainsi paraissent se délecter de leur marginalisation et se soucier comme d’une guigne de l’efficacité, en imaginant peut-être que leur isolement constitue une marque de noblesse ou une preuve de vertu.

De larges segments de l’activisme contemporain risquent donc de succomber au piège de l’individualisme. Or l’organisation est coopérative par nature : elle aspire à entraîner, à construire et à exercer un pouvoir partagé. Elle consiste, comme l’écrit le jeune sociologue et militant Jonathan Smucker, à transformer un « bloc social en force politique ». N’importe qui peut se dire activiste, même quelqu’un qui, en tentant sans relâche d’attirer l’attention sur un sujet important, agit seul et ne répond de ses actes envers personne. Faire en sorte que nos semblables prennent conscience d’un problème — l’un des objectifs privilégiés par l’activisme contemporain — peut se révéler fort utile. Mais l’éducation n’est pas la même chose que l’organisation, laquelle n’implique pas uniquement d’éclairer l’individu qui reçoit votre message, mais aussi d’agréger des personnes autour d’un intérêt commun afin qu’elles puissent combiner leurs forces. L’organisation, tâche de longue haleine et souvent fastidieuse, implique de créer des infrastructures et des institutions, de trouver des points vulnérables dans les défenses de vos adversaires, de convaincre des individus dispersés d’agir au sein d’une même équipe.

Depuis 2011, nombre d’acteurs des mouvements sociaux ayant surgi aux quatre coins du monde sont tombés dans le piège décrit par Mark Rudd : « L’activisme comme expression de nos sentiments profonds n’est que l’un des éléments de la construction d’un mouvement. C’est une tactique qui a été élevée au rang de stratégie en l’absence de toute stratégie. La plupart des jeunes militants pensent que s’organiser consiste à prendre les dispositions nécessaires à la tenue d’un rassemblement ou d’un concert de soutien. » On pourrait ajouter à cette liste : créer un hashtag sur les réseaux sociaux, poster une pétition en ligne, animer des débats entre internautes. Le travail réel d’organisation a perdu de son cachet auprès de nombreux cercles militants, figés dans leur croyance en une insurrection spontanée et dans une suspicion profonde envers toute institution, direction ou tentative de prise de pouvoir.

À certaines périodes, des rassemblements, des concerts, des hashtags, des pétitions et des débats en ligne trouvent leur pleine utilité. Le problème surgit lorsque ces pratiques représentent l’horizon ultime de l’engagement politique. « C’est une bonne chose qu’au cours des dernières années bien des gens aient eu envie d’agir, et que le développement des nouvelles technologies ait facilité leur passage à l’acte », observe L. A. Kauffman, qui achève la rédaction d’une histoire de l’action directe. S’engager dans de petites actions concrètes — signer une pétition, participer à un rassemblement, etc. — peut en effet encourager ensuite à se mettre au service d’objectifs plus généraux, par exemple contrarier les élites et s’attaquer à leurs profits.

Mais des organisateurs de la vieille école, comme les syndicalistes, continuent simultanément à abattre un travail inestimable. Et un nombre croissant d’individus font l’expérience de nouvelles formes de pouvoir économique et de résistance. L’un des défis majeurs de notre époque néolibérale et postfordiste consiste donc à trouver des moyens inventifs de mettre à jour le modèle du syndicalisme et à l’adapter aux conditions actuelles de financiarisation et d’insécurité sociale. À construire de nouveaux liens entre les millions de travailleurs échoués, privés d’un emploi stable, de droits syndicaux, afin qu’ils constituent une puissance avec laquelle il faudra compter.

Les organisateurs du combat pour la justice climatique, par exemple, ont mis au point des formes de mobilisation originales contre les profits des compagnies pétrolières en poussant le gouvernement américain à ne plus délivrer de licences d’exploitation de mines de charbon sur des terres publiques. Lancée en 2012 par des étudiants sur leurs campus, cette campagne contre les énergies fossiles a contraint des investisseurs totalisant 3 400 milliards de dollars (3 000 milliards d’euros) de fonds à se retirer du marché. L’action s’est rapidement propagée au-delà des cercles universitaires, jusqu’à rallier une soixantaine de villes dans le monde. « L’un des plus grands succès de cette campagne jusqu’ici est qu’elle a ruiné la confiance dans les projets de l’industrie des énergies fossiles, se réjouit Jamie Henn, l’un des instigateurs du mouvement et cofondateur du groupe de lutte pour l’environnement 350.org. Ce ne sont plus seulement de petites écoles de beaux- arts de gauche qui prennent au sérieux le risque carbone, mais d’énormes institutions financières telles que la Banque d’Angleterre, le fonds souverain norvégien et les fonds de pension californiens. »

Internet montre des limites

Le mouvement Black Lives Matter (« Les vies des Noirs comptent ») peut également se prévaloir d’un résultat impressionnant, puisqu’il a remis sur le devant de la scène la question des oppressions subies par les Noirs aux États-Unis. De jeunes collectifs comme les Dream Defenders (« Défenseurs du rêve »), un groupe fondé en Floride après le meurtre raciste de Trayvon Martin, revendiquent un modèle d’organisation qui accepte la présence de dirigeants et qui doute des effets d’un activisme uniquement basé sur Internet. « Pour changer la vie de nos communautés, nous avons besoin de pouvoir, pas seulement de “followers” », ont expliqué les dirigeants du groupe.

Quand la notion d’activisme est née il y a un siècle dans l’esprit du philosophe allemand Rudolf Eucken, elle privilégiait le monde spirituel plutôt que le monde matériel. Cette préférence s’observe encore chez ceux qui croient que l’action, même déconnectée de toute stratégie cohérente, peut provoquer magiquement une sorte d’épiphanie sociale. Heureusement, les activistes n’ont pas totalement évincé les organisateurs. Une multitude d’espaces subsistent où, selon Mark Rudd, se pratique le triptyque « éducation, construction d’une base, coalition », qu’on pourrait décrire comme la création d’une identité collective alliée à un partage du pouvoir économique. Mais ces efforts, peu spectaculaires, se voient trop souvent ensevelis par le dernier buzz en ligne.

Ces derniers mois, des dizaines de milliers d’Américains se sont rués dans les meetings de M. Bernie Sanders pour l’entendre dénoncer la « classe des milliardaires ». Dès lors qu’un nombre croissant de jeunes et une majorité de nouveaux électeurs démocrates ont une perception positive du mot « socialisme », un travail d’organisation efficace et intelligent permettrait d’appuyer cette résurgence renversante de la sensibilité de gauche et de canaliser l’énergie qu’elle charrie au-delà du rituel étriqué du scrutin présidentiel et de la politique électoraliste.

Les élites n’ont jamais eu de mal à faire passer ceux qui contestent leur pouvoir pour des perdants et des grincheux. Il leur sera toujours plus difficile de disqualifier des organisateurs qui ont réussi à mobiliser une base populaire qui agit de façon stratégique.

Astra Taylor

Écrivaine, réalisatrice de documentaires sur les intellectuels radicaux, militante contre la dette. Une version plus longue de ce texte a été publiée dans le dernier numéro du trimestriel américain The Baffler (Cambridge, Massachusetts).

Partager cet article
Repost0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 14:31

 

Par Alternatiba le 10 mai 2016 sur https://blogs.mediapart.fr/alternatiba/blog/100516/prise-de-parole-fesseinhem-une-procedure-ouverte-contre-txetx-etcheverry

Le militant du mouvement altermondialiste basque Bizi ! Txetx Etcheverry a été entendu par la police ce mardi 10 mai à 10H00 au commissariat de Bayonne. Il y a appris que la procureure de Bayonne a ouvert le 22 mars 2016 une procédure à son encontre pour “organisation d'une manifestation sur la voie publique sans déclaration et entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique le 20 juillet 2015 à Fesseinhem”.

Ce qui est reproché à Txetx Etcheverry est en fait une prise de parole contre le nucléaire et pour la transition énergétique effectuée devant la centrale de Fesseinhem à l'occasion du passage du Tour Alternatiba qui réalisait 5 600 km pour le climat sur des vélos multiplaces (pour plus d'infos : http://www.bizimugi.eu/centrale-nucleaire-de-fessenheim-txetx-etcheverry-convoque-au-commissariat-de-bayonne ). Cette prise de parole s'est déroulée sur un large trottoir (et non pas sur la voie publique) longeant l'entrée de la centrale, au cours d'une étape qui avait été préalablement déclarée aux autorités publiques, de la même manière que les 186 autres du tour Alternatiba, parti de Bayonne le 5 juin 2015 et arrivé à Paris le 26 septembre. 24 cyclistes étaient présents ainsi que plusieurs journalistes français et allemands. La scène a été intégralement filmée par plusieurs caméras.

Ce mardi matin, Txetx Etcheverry n'a rien déclaré à l'officier l'interrogeant, dénonçant le caractère “surréaliste” d'une telle convocation et réservant ses explications pour la justice le cas échéant. Il a refusé les prises de photographies anthropométriques et d'empreintes digitales, y voyant une grave dérive liberticide et rappelant que ce qui lui est reproché n'est rien d'autre qu'une prise de parole publique.

Le Tour Alternatiba a été l'occasion de plus de 200 prises de paroles publiques réalisées dans les même conditions que celle du 20 juillet à Fesseinhem. 200 procédures similaires seront elles donc ouvertes, ou est-ce le caractère anti-nucléaire de celle du 20 juillet qui est visé ? Autrement dit, en France, la liberté d'expression et la démocratie s'arrêtent-elles là où commence le nucléaire ?

Une nouvelle procédure sera-t-elle engagée contre Txetx Etcheverry qui a réalisé ce matin une nouvelle prise de parole publique sur le trottoir longeant cette fois l'entrée du... commissariat de Bayonne, juste avant d'y être auditionné ? Sans demande d'autorisation préalable, il y a expliqué devant une soixantaine de personnes venues le soutenir l'incompatibilité entre la politique nucléaire et la transition énergétique. Il y a appelé à la fermeture immédiate de Fesseinhem, conformément à l'engagement du président de la République François Hollande. Il y a également appelé à une manifestation le samedi 11 juin à Gasteiz pour exiger la fermeture définitive de la centrale nucléaire de Garoña, située juste à côté du Pays Basque sud, jumelle de celle de Fukushima, entrée en fonctionnement en 1971 et dont l'entreprise propriétaire Nuceonor demande la réouverture jusqu'en 2031 !

Enfin, Txetx Etcheverry a appelé chacun-e a apporter sa part à la transition énergétique en quittant sans plus tarder EDF pour rejoindre le fournisseur d'électricité 100 % renouvelable Enercoop (cf http://www.enercoop.fr/ ). Nous ne sommes condamnés ni au chaos climatique, ni aux catastrophes nucléaires, les alternatives existent, à nous de les renforcer et de les faire passer à une échelle de masse !

Partager cet article
Repost0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 13:00

Un communiqué d'Europe Ecologie Les Verts du 31 mars

Les modifications des règles applicables à l’élection présidentielle ne constituent en rien une quelconque «modernisation». Il s’agit au contraire d’un verrouillage en règle du système par la loi du plus fort et une atteinte au pluralisme démocratique pour un temps de la vie politique très suivi par les français.

Ainsi le principe des cinq semaines d’égalité du temps de parole entre les candidats est supprimé pour un principe d’«équité» pendant la période dite «intermédiaire» dont le calcul s’établira à partir de la représentativité des candidats et des précédents scores électoraux. Cette disposition affaiblira naturellement les candidats éventuellement issus de la société civile et hors du système des partis dit de gouvernement. Cette règle donnera en revanche un boulevard au parti d’extrême droite et cantonnera le débat dans un huis clos à trois (LR, PS et FN) qui verrouillera toujours plus notre démocratie.

Les parrainages, véritable verrou imposé à la candidature des organisations ne disposant pas de suffisamment d’élus, seront également plus compliqués à obtenir.

Au-delà du fond, la méthode est choquante avec une modification des règles à un an de la prochaine échéance, et votée en toute confidentialité par 11 députés socialistes malgré l’opposition de tous les groupes parlementaires à la veille d’un long week-end de Pâques.

Alors que la crise démocratique s’aggrave, ce coup de force ne peut qu’alimenter la défiance. Il illustre également la difficulté d’une Ve République à bout de souffle, incapable de se renouveler et revenant aux pires tactiques électorales du siècle dernier plutôt que de répondre aux aspirations du 21e siècle.

EELV demande aux parlementaires de revenir sur ces dispositions, en toute conscience, le 5 avril prochain, au nom de l’égalité et de la démocratie.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 16:00
#etatdurgence Appel à rassemblement samedi 12 mars
Partager cet article
Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 14:00

par Baptiste Giraud, texte et photos, le 22 février 2016, pour Reporterre.

Après deux ans d’une belle dynamique jusqu’à la COP21, le mouvement Alternatiba s’est retrouvé à Bordeaux. Renouvellement de l’équipe et débat stratégique ont marqué ce nouveau départ. Bordeaux, reportage
Un nouveau chapitre s’ouvre pour Alternatiba. Pour ses militants, c’est la fin d’une « séquence » qui s’est déroulée de la remise du rapport du GIEC, en octobre 2013, à la COP 21 de décembre 2015 – soit du premier village des alternatives à Bayonne, jusqu’au rassemblement du 12 décembre au Champ de Mars, à Paris. Une séquence pensée et utilisée par les stratèges d’Alternatiba afin de « construire une mobilisation » pour le climat.
Les 20 et 21 février, 175 représentants des groupes locaux d’Alternatiba se sont réunis en « coordination européenne » à Bordeaux, afin de préparer la suite du mouvement. Au menu – outre les bons plats vegan préparés par l’association L’Assiette en transition – le renouvellement de l’« équipe d’animation », et des discussions sur la démocratie interne à l’organisation ainsi que l’action non violente.

L’urgence du week-end consistait à remplacer une partie des militants engagés de manière permanente dans le collectif depuis deux ans. « Dès le début, on avait dit qu’on serait dans l’équipe jusqu’à la COP21. Le pari c’était de faire émerger une nouvelle génération puis de lui laisser le champ libre  » explique Txetx Etcheverry à Reporterre. Il s’agit de l’« équipe d’animation », l’organe central de gestion du mouvement au niveau national (et même européen en comptant les six autres pays où ont pris place des villages des alternatives) et de mise en relation des groupes locaux. D’abord composé des initiateurs bayonnais, ce groupe s’est élargi au fil de l’élargissement du mouvement, jusqu’à compter 55 membres. « Pendant la COP21 c’était l’urgence, il fallait tenir le rythme. J’en ai souffert et aujourd’hui j’ai besoin de me retirer pour me reposer », explique Margot Neyton, Nantaise de 26 ans impliquée au QG de l’Ile-Saint-Denis (93) durant la COP 21.
Restait une question : par quel mécanisme assurer ce renouvellement ? Car le mouvement s’est construit dans l’action avant de concevoir sa structure interne. « Les gens se sont mis à organiser les choses tout de suite, sans théoriser, et ça a été la force d’Alternatiba », rappelle Jon Palais, autre pilier bayonnais d’Alternatiba. Mais cette construction empirique n’avait jamais été débattue.
Les discussions ont ainsi porté sur la manière de désigner la nouvelle équipe d’animation afin qu’elle soit la plus légitime et représentative. Une tension s’est faite sentir entre la volonté de démocratie la plus parfaite possible, et la nécessité d’être efficace. Le tout dans une assemblée de presque 200 personnes ne se connaissant pas toutes et n’ayant que deux jours de discussions devant elles.


Faire émerger de jeunes militants
« Le groupe initiateur a eu un souci d’efficacité presque militaire, qui a été bénéfique à Alternatiba », explique Georges Menahem, militant de Cean et présent à Bayonne dès 2013. À Bordeaux aussi, ce souci s’est fait sentir, et la démocratie n’a pas été parfaite. « Plus on utilise le temps à notre fonctionnement, moins on en a pour l’action », a répété Txetx.
Résultat : l’élaboration d’une motion de synthèse, et d’un système de désignation de l’équipe d’animation consensuel, sans qu’il y ait besoin de procéder à un vote. Dans la nouvelle équipe d’animation, les Bayonnais ne prédomineront plus. Sur la soixantaine d’ « animateurs », environ la moitié sont des nouveaux venus, et beaucoup ont moins de quarante ans.

« On a réussi à gérer cette grande assemblée, avec des débats bien clivants, alors qu’on ne l’avait jamais fait », se satisfait Mathieu Doray, militant nantais. « Aujourd’hui, c’est un moment fort d’apprentissage de méthodes de travail, et c’est une manière de nous consolider », poursuit Jon.
Il semblerait donc que le pari de la formation d’une nouvelle génération soit en passe d’être gagné. « Je sors d’ici complètement rassuré de voir qu’il y a des nouveaux militants enthousiastes et formés qui vont prendre le relais … et moi je vais pouvoir faire autre chose », dit Mathieu.
Antoine Chardonny, Toulousain de 27 ans, avait l’habitude de militer dans des mouvements étudiants : « En un an et demi à Alternatiba, je suis passé de simple bénévole à responsable qui impulse des dynamiques », raconte-t-il. « Les méthodes d’Alternatiba permettent de donner des responsabilités aux bénévoles qui se bougent, de leur laisser de la place, et à partir de là ça peut aller très vite. C’est un accélérateur des parcours d’engagement. » « Le fait de compter sur les jeunes donne un dynamisme qu’il n’y a pas dans beaucoup d’associations » , selon Georges. Reste à trouver un mode de fonctionnement qui n’épuise pas trop vite les troupes, comme cela a été le cas en 2015.


Le débat stratégique : continuer seulement les villages ou s’engager dans l’action ?

Parmi les piliers du mouvement, seuls les Bayonnais Jon et Yannick restent dans l’équipe d’animation. Ils espèrent que de nouveaux leaders émergeront bientôt. Surtout, des groupes de travail vont être constitués, et le principal chantier qui s’annonce consistera à élaborer une nouvelle stratégie. « Aujourd’hui il n’y a pas d’évidence sur ce qu’il faut faire stratégiquement », même si « les gens sentent que c’est un moment décisif, que l’après COP est plus important que la COP », explique Jon.
Tout le week-end, la pertinence d’une fusion entre Alternatiba et Action non-violente COP21 (http://anv-cop21.org/), connu pour ses réquisitions de chaises dans les banques, a aussi animé les discussions. L’essentiel des militants d’ANV sont également militants Alternatiba. Il est donc question qu’ANV devienne la branche action d’Alternatiba.
Si la quasi-totalité des délégués présents y étaient favorables, des groupes locaux se sont montrés réticents. « À Toulouse, le groupe a eu peur que la fusion fasse fuir les gens. Il y a la crainte que si Alternatiba était un repère d’activistes, cela n’attirerait pas autant de monde. ’Militant’, ’activiste’, ça fait peur. Alors que quand on a réquisitionné des chaises, beaucoup de gens qui n’avaient jamais fait d’actions sont venus », dit Antoine. « La stratégie non violente est très mal connue en France, or c’est le point commun de l’éventail le plus large des modes d’actions, depuis le boycott jusqu’à la désobéissance », assure Jon.
Le débat n’a pas été tranché, ne semblant pas « mûr ». Toujours est-il que pour beaucoup de militants, Alternatiba ne pourra pas se passer de l’action non-violente, pour les raisons qu’indique Jon Palais : «  Les villages vont continuer, mais pas avec la même dynamique. Notre étendard, ce doit être l’action non-violente ». « La fusion, c’est le pari ambitieux. On part un peu dans l’inconnu, mais on n’a pas d’autre choix pour avancer. On ne va pas rester les bisounours des alternatives », a affirmé Adrien, membre de l’équipe d’animation, à l’assemblée.
La coordination européenne a acté dans son texte final qu’Alternatiba devait marcher « sur deux jambes, celles des alternatives et des propositions d’une part, et de la non-coopération et de l’action non-violente d’autre part ». Les militants insistent également pour parler de « processus Alternatiba », plutôt que d’un mouvement en soi : « On est là pour gagner la bataille climatique, on évolue en rapport à cette urgence » explique Margot.
Mais pour ce qui est des actions concrètes, beaucoup reste à décider, à partir de la nouvelle équipe et des groupes de travail qui vont être mis en place. Les propositions ne manquent pas : maisons, universités, annuaires des alternatives par exemple. « Il y a un consensus pour se diversifier, s’ouvrir aux autres mouvements, aborder les questions de justice climatique et des alternatives pour les milieux populaires ou les immigrés » explique Mathieu. Pour Antoine, la question sociale demeure le grand défi : « Le changement climatique impacte d’abord les plus défavorisés, qui ne sont pas bien représentés ici à Alternatiba. Comment atteindre la mixité sociale ? Pour moi c’est une question prioritaire.

Partager cet article
Repost0

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Pour une restauration scolaire de qualité, durable, équitable, accessible aux Lilas

Les zadistes de Gonesse ont-ils raison de s’opposer à une gare en plein champ ?

Une nouvelle ZAD près de chez vous

Pour le projet CARMA contre la reprise des travaux de la gare "Triangle de Gonesse"

Les Lilas écologie - en campagne pour gagner

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas